Vous êtes ici : Accueil > CDI > Atelier Haïkus au CDI
Publié : 22 mars 2014

Atelier Haïkus au CDI


C’est sur une note japonaise que s’est achevé le Printemps des poètes au CDI, avec l’organisation d’un atelier haïkus jeudi 20 mars, pour les élèves volontaires.


Le haïku est un court poème d’origine japonaise qui parle, souvent avec humour, des choses banales de la vie quotidienne, des bonheurs minuscules et des petits tracas sans lendemain. Le mot haïku signifie en japonais plaisanterie, drôlerie.



Après avoir lu plusieurs haïkus, les élèves en ont analysé la forme.

Voici quelques règles à respecter pour écrire un haïku  :

- le haïku est composé de 3 vers seulement.
- il n’y a pas forcément de rimes dans un haïku.
- le haïku est toujours écrit au présent : il exprime l’instant, un arrêt sur image.
- le haïku parle de choses simples, avec des mots simples, dans un style simple.
- le haïku parle de quelque chose de vrai, que la personne a réellement vécu ; il s’agit de faire partager sa pensée et son émotion.
- le haïku ne décrit pas mais il évoque une image que la personne a eue pendant un bref moment.
- le haïku a très souvent pour thème : la nature, les saisons, ...
- le haïku est généralement composé de 17 syllabes réparties sur 3 vers (5/7/5) : contrainte que les élèves n’ont pas été obligés de respecter pour ce premier atelier.

Un des plus célèbres haïkus est celui de Bashô Matsuo (1644-1694) :

Dans le vieil étang

Une grenouille plonge

Un ploc dans l’eau


C’est à partir de trois photographies que les élèves ont tout d’abord imaginé leurs premiers haïkus. En voici quelques uns :



Un soleil brille


Un tournesol de lumière 

Du jaune éclatant


(Dylan)


Vacances d’hiver

Champs remplis de neige

Neige à perte de vue

(Pauline)


Tournesols d’été

Tournent comme un manège

Et regardent vers le ciel

(Killian)


Voyez-vous c’est l’été

Le soleil tape sur les champs

Feuilles craquent et plantes fanent

(Samuel)

Une vague infernale

Un bateau innocent

Plonge au fond des mers

(Dylan)

Les apprentis poètes ont ensuite tenté d’écrire des haïkus beaucoup plus personnels.

Réveil difficile

Des cernes sous les yeux

Mal dormi

(Léa)

Couchée très tard

Beaucoup trop de devoirs

Levée trop tôt

(Pauline)

Dans ma chambre

Avec ma meilleure amie

Chut ! On se raconte un secret

(Clémence)

Une caresse à mon chat

Il me griffe

Et puis s’en va

(Samuel)

Un soir au lit

Livre commencé

Livre terminé

(Killian)

Un chien enragé

Attaque le facteur

On voit son caleçon

(Dylan)